Avant de plier bagages et quitter…

Nous sommes tous devenus familiers avec ce scénario. Nous avons tous vu des membres d’Église qui deviennent insatisfaits et ensuite mécontents, manquant les réunions d’Église occasionnellement, et ensuite de manière consistante. Nous avons tous vu ce patron et avons commencé à craindre la conclusion presqu’inévitable. C’est spécialement décourageant quand la raison pour quitter n’est pas un désaccord sur des points essentiels théologiques, mais plutôt quelque chose de bien plus commun et bien moins important – des sentiments blessés, des chicanes, et des questions de préférence.

Ce patron est si commun que nous devrions tous prendre pour acquis que nous-mêmes, nous pouvons y tomber à un moment donné. Puisque c’est le cas, qu’est-ce que tu devrais faire quand tu commences à te sentir mécontent dans ton Église? Qu’est-ce que tu devrais faire quand tu ressens ce désir de plier bagages et t’en aller? Qu’est-ce que tu devrais faire quand tu ressens que tu as hâte de t’esquiver d’une Église et te joindre à une autre? J’aimerais offrir seulement quelques idées que j’espère que tu considèreras et mettras en pratique.

Prie à travers le bottin d’Église. Cherche une copie du bottin de l’Église et engage-toi à prier pour chaque personne qui s’y trouve au moins une fois. Prie pour chaque personne ou chaque famille en les nommant. Prie selon le modèle biblique et prie ce que l’Esprit te pousse à prier. La prière est une des responsabilités fondamentales que nous avons les uns envers les autres, et la prière a une tendance à stimuler nos affections. À mesure que tu pries pour ces gens, que cela te fasse rappeler que tu n’es pas simplement en train de quitter un club ou une institution, mais plutôt une communauté – même, une famille.

Engage-toi à servir. La tentation, quand on est mécontent, est d’arrêter de servir – s’éloigner de tout ministère avec lequel on a été impliqué. Avant de partir, engage-toi de nouveau à servir les autres pour un temps – au moins quelques mois. L’amour a la tendance à se refroidir quand nous cessons de servir les autres, et est ravivée quand nous recommençons à servir. En plus, c’est à mesure que nous servons que le Seigneur nous rappelle qu’il nous a doué spécifiquement pour que nous utilisions nos dons pour bénir les autres chrétiens.

(En passant, c’est presque toujours vrai que quand des gens quittent des Églises pour des raisons qui sont déficientes ou inadéquates, ils ont cessé de prier pour les autres membres de l’Église et ont cessé de les servir. C’est rare que des gens quittent l’Église quand ils sont constants dans la prière et diligents dans le service.)

Rappelle-toi de ce qui est bien, et non seulement de ce qui est mal. Dans les moments où nous sommes blessés ou découragés, nous avons tendance à nous fixer sur ce que d’autres ont fait de mal, non pas ce qu’ils ont bien fait. Donc, quand tu songes à partir, efforce-toi de te souvenir non seulement des manquements de l’Église, mais aussi de ses bénédictions. Souviens-toi non seulement des mauvais moments, mais aussi des bons, non seulement des fois où l’Église a manqué le but, mais aussi les fois qu’elle s’est ralliée à la cause. Souviens-toi de toutes les fois qu’elle t’a béni, qu’elle a exprimé de la bonté envers toi, et qu’elle t’a appuyé. Il se peut que tu trouves que ce côté de la balance pèse plus que l’autre.

Penses-y à fond. Il peut avoir bien de bonnes raisons pour quitter une Église pour une autre, mais il y en a certainement bien de mauvaises raisons aussi. La pire raison est de permettre que du péché non identifié ou duquel tu ne t’es pas repenti, soit le facteur déterminant. Donc, avant de quitter une Église, considère soigneusement si c’est le péché ou la sanctification qui mène – si tu ressens le besoin de quitter l’Église parce que tu as grandi dans la sanctification, ou parce que tu as diminué dans la sanctification. Trop de personnes permettent que le péché, et non pas l’Esprit, les conduisent par la porte de sortie. 

Prie à fond là-dessus. La seule manière d’y penser de manière adéquate, c’est de prier là-dessus.  Tu dois lutter dans la prière pour devenir convaincu que ton départ est consistant avec la volonté de Dieu. Prie que Dieu expose ton cœur, qu’il guide tes sentiments, qu’il rende tes motifs clairs. Prie pour que ton désir le plus profond soit de l’honorer et le glorifier, que cela signifie rester ou partir.

Parle à fond à ce sujet. Il est possible que l’Église soit dans l’erreur, mais il est aussi possible que toi tu sois dans l’erreur. Il est possible qu’il y ait un problème grave avec le leadership de l’Église, mais il est aussi possible qu’il y ait un problème grave avec ta sanctification. Aie le caractère et l’honnêteté de demander à quelqu’un, « Est-ce que je prends une décision sage? » Et sois certain que cet individu soit du genre qui te conteste si tu as besoin d’être contesté. Ne pars pas si des hommes et des femmes dignes de confiance te disent de rester.

C’est que dans une culture consommatrice comme celle-ci – une culture dans laquelle le client a toujours raison – trop de personnes quittent trop d’Églises trop facilement. Il est peu probable que qui que ce soit parmi nous soit au-dessus de la tentation de partir pour de mauvaises raisons, laissant derrière nous des traces de blessure et de confusion. Donc, avant de prendre cette décision, prie pour les gens de l’Église et sers-les avec diligence. Demande à Dieu de te donner de la sagesse et demande à d’autres pour des conseils. Et après cela, et seulement après cela, pars avec la confiance que ton départ est la volonté de Dieu. En ce faisant, tu auras honoré Dieu, tu auras servi d’autres, et tu auras été un modèle de comment bien quitter une Église.

Cet article a été initialement publié sur Challies.com. La traduction est publiée ici avec permission.

Tim Challies
Plus de publications

Le père de Tim est originaire de Montréal et sa mère des Cantons-de-l'Est. Tim est un écrivain incontournable de la blogosphère anglophone. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été traduits en français : La foi d’hier pour l’ère d’aujourd’hui (Excelsis, 2011), Faire plus. Mieux. (BLF Edtions, 2017), Théologie visuelle (BLF Edtions, 2017). Il est ancien à Grace Fellowship Church. Lui et sa famille habitent à Toronto.

Published By: Tim Challies

Le père de Tim est originaire de Montréal et sa mère des Cantons-de-l'Est. Tim est un écrivain incontournable de la blogosphère anglophone. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été traduits en français : La foi d’hier pour l’ère d’aujourd’hui (Excelsis, 2011), Faire plus. Mieux. (BLF Edtions, 2017), Théologie visuelle (BLF Edtions, 2017). Il est ancien à Grace Fellowship Church. Lui et sa famille habitent à Toronto.