Ce que je désire plus que les miracles

Je suppose qu’il est possible que j’aie été témoin d’un miracle au cours de ma vie, mais si c’est le cas, je n’en ai pas conscience. Si un miracle est un « événement surnaturel et extraordinaire qui s’écarte des processus naturels observés », alors je ne peux pas penser à un moment où j’en ai vu un exemple clair. Cela ne veut pas dire que Dieu ne peut pas faire de miracles aujourd’hui ou qu’il ne le fait pas. Cela ne veut pas dire qu’il n’a pas travaillé autour de moi et sur moi de manière extraordinaire. Cela veut simplement dire que je ne peux pas regarder un événement particulier de ma vie et dire : « C’était un miracle. »

Et si je suis honnête, cela ne me dérange pas le moins du monde. Cela ne me dérange pas le moins du monde parce qu’en de nombreuses occasions, j’ai été témoin de quelque chose que je considère comme tout aussi important, voire plus : J’ai été témoin de l’évidence, de la complexité et du timing parfait de la providence de Dieu. J’ai été témoin de la façon dont Dieu a soigneusement arrangé les circonstances pour que les événements se déroulent d’une manière qui prouve son implication détaillée dans les affaires de l’homme. J’ai été témoin de situations dans lesquelles les choses sont arrivées de telle manière que je ne pouvais que conclure : « Le Seigneur a fait cela. »

Je raconte l’un d’entre eux dans Seasons of Sorrow, dans le chapitre que j’ai intitulé « Angels Unaware ». Je parle d’un jour où Aileen et moi étions particulièrement tristes, particulièrement accablés par le chagrin. Nous sommes allés au cimetière pour marquer ce qui aurait été le jour du mariage de Nick. Et alors que nous étions là à pleurer ensemble, un charmant couple chrétien s’est approché de nous et nous a expliqué qu’il avait lu mes mises à jour. Ils nous ont montré l’endroit où leur fils était enterré à proximité, puis ils ont prié pour nous – ils ont demandé que Dieu nous réconforte.

Ce n’était pas un miracle. Ce n’était pas un événement surnaturel, extraordinaire, qui s’écartait des processus naturels observés. Dieu n’a pas fait venir ces gens du ciel, ni ne les a fabriqués de toutes pièces, ni ne les a transportés instantanément de loin. Il a plutôt fait en sorte qu’ils se rendent sur la tombe de leur fils en ce jour et à cette heure (même si ce n’était pas leur habitude) et qu’Aileen et moi nous nous rendions sur la tombe de notre fils en ce jour et à cette heure (même si ce n’était pas notre habitude). Bien avant cela, il s’était arrangé pour que nos fils soient enterrés près l’un de l’autre – assez près pour que ce couple nous repère à travers quelques rangées de tombes. Il s’était arrangé pour qu’ils connaissent mon site web et notre histoire et qu’ils reconnaissent nos visages. Il a fait en sorte que, lorsque nous aurions le plus besoin de réconfort, deux des siens seraient là pour nous le procurer.

Pensez à tous les fils qui devaient être tissés ensemble pour que cette seule circonstance se produise – les événements qui devaient avoir lieu, les décisions qui devaient être prises, les calendriers qui devaient être alignés. Lorsque nous nous sommes quittés ce jour-là, Aileen et moi savions sans l’ombre d’un doute : C’est Dieu qui a fait cela. En fait, Aileen a souvent dit que c’était le moment où elle avait vraiment compris que Dieu prenait soin de nous dans notre perte. Et ce n’était pas par un miracle, mais par la providence.

Bien que je ne le raconte pas dans le livre, que j’ai écrit, une situation similaire s’est produite peu de temps après. J’avais vécu une autre journée particulièrement difficile et j’avais à nouveau besoin d’être près de Nick. Je suis allée seule cette fois, je me suis garée sur la petite route du cimetière et je suis sortie de ma voiture. J’ai vu par hasard un de nos diacres et sa femme assis dans leur voiture, sur le point de partir. Il se trouve qu’ils avaient visité la tombe de Nick ce jour-là et qu’ils étaient là à ce moment-là. Je me suis donc approché de leur voiture et leur ai dit : « Je passe une journée difficile. Pouvez-vous prier pour moi ? » Et ils l’ont fait, bien sûr. Et encore une fois, je savais que Dieu avait été présent par sa providence. Je savais qu’il avait arrangé cela pour mon bien et comme une démonstration de son amour.

Je peux regarder en arrière et raconter d’autres histoires – des histoires dans lesquelles Dieu a agi de manière providentielle plutôt que miraculeuse. Je pourrais raconter le soir où j’ai rendu visite à un ami et où j’ai croisé par hasard le chemin d’une de ses voisines, une fille qui jouait à un jeu avec des enfants du quartier. Quelques mois plus tard, j’ai commencé ma douzième année dans une nouvelle école et qui s’est assis sur le siège devant moi dans ma toute première classe, sinon cette même fille. Nous sommes devenues amies, je l’ai présentée au Christ, et notre prochain anniversaire de mariage sera notre vingt-cinquième. Et tout a commencé et s’est déroulé non pas par des miracles mais par la providence – par la coordination délibérée et complexe de Dieu entre les circonstances de différentes personnes, de différents lieux et de différents moments.

Un jour, j’ai passé ma pause déjeuner à faire une promenade au cours de laquelle je me demandais si je devais démissionner de mon emploi pour créer ma propre entreprise et consacrer davantage de temps à l’écriture. Lorsque je suis revenu à mon bureau, mon directeur m’a convoqué dans son bureau, m’a annoncé que j’étais licencié et m’a remis un chèque d’indemnité de licenciement. La providence. Un jour, j’ai cliqué « par hasard » sur un lien de mon blog qui m’a conduit à un pasteur qui allait devenir un ami très cher et dont l’Église allait accueillir ma famille et la servir. La providence. Un jour, ma voiture est tombée en panne à un endroit extrêmement dangereux de l’autoroute, pendant une terrible tempête de pluie, et j’ai constaté qu’une dépanneuse était juste derrière moi. La Providence. À maintes reprises, ma vie a témoigné de la beauté de la providence de Dieu.

La raison pour laquelle je partage cela est que je connais de nombreux chrétiens qui ont soif de miracles et qui désirent ardemment en voir un. Ils désirent voir un miracle parce qu’ils sont convaincus que cela renforcera leur foi et leur confiance en Dieu. Si la Bible ne nous interdit pas de désirer des miracles, elle ne nous enjoint pas non plus de le faire. Elle ne promet pas que nous en serons témoins et n’y associe pas la présence ou la force de notre foi. Mais ne serait-il pas tragique que nous passions notre vie à rechercher des miracles tout en négligeant la providence ? Ne serait-il pas tragique que Dieu agisse merveilleusement en nous, pour nous, à travers nous et autour de nous, et que nous ne le voyions pas parce qu’il a choisi de ne pas agir miraculeusement ?

Ne serait-il pas tragique que Dieu agisse merveilleusement en nous, pour nous, à travers nous et autour de nous, et que nous ne le voyions pas parce qu’il a choisi de ne pas agir miraculeusement ?

Je ne dis pas que nous ne devons pas prier pour des miracles. C’est peut-être particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de prier pour ceux dont le diagnostic est terrible ou dont la situation est tragique et pour lesquels seul un miracle peut les sauver. Mais je dis que la puissance de Dieu se déploie autour de nous de manière tout aussi significative et peut-être même plus impressionnante, si seulement nous voulons bien regarder, observer et raconter ces choses. Car si Dieu manifeste parfois sa gloire par des miracles, il la manifeste bien plus souvent par la beauté de la providence. Cherchez-la et vous la verrez ; voyez-la et vous la louerez.

Cet article a été initialement publié sur Challies. La traduction est publiée ici avec permission.

Tim Challies
Plus de publications

Le père de Tim est originaire de Montréal et sa mère des Cantons-de-l'Est. Tim est un écrivain incontournable de la blogosphère anglophone. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été traduits en français : La foi d’hier pour l’ère d’aujourd’hui (Excelsis, 2011), Faire plus. Mieux. (BLF Edtions, 2017), Théologie visuelle (BLF Edtions, 2017). Il est ancien à Grace Fellowship Church. Lui et sa famille habitent à Toronto.

Published By: Tim Challies

Le père de Tim est originaire de Montréal et sa mère des Cantons-de-l'Est. Tim est un écrivain incontournable de la blogosphère anglophone. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été traduits en français : La foi d’hier pour l’ère d’aujourd’hui (Excelsis, 2011), Faire plus. Mieux. (BLF Edtions, 2017), Théologie visuelle (BLF Edtions, 2017). Il est ancien à Grace Fellowship Church. Lui et sa famille habitent à Toronto.