Les prières que Dieu n’exaucera pas

Il y a des moments où l’on a l’impression que Dieu ne nous entend pas. Il y a des moments où il semble que Dieu soit devenu sourd à nos prières et insensible à nos cris. Il y a des moments où nous cherchons mais ne trouvons pas, où nous frappons mais ne trouvons pas la porte ouverte. Pourquoi Dieu ne répond-il pas toujours à nos prières ?

Il peut y avoir de nombreuses raisons, mais avant d’en examiner quelques-unes, nous devons reconnaître que, souvent, Dieu répond effectivement à nos prières, mais d’une manière que nous ne pouvons pas encore voir ou que nous n’acceptons pas. Il répond parfois de manière invisible ou imperceptible et il répond parfois d’une manière que nous ne voyons pas ou, pire, que nous ne reconnaissons pas. Il y a aussi des moments où Dieu nous donne non pas exactement ce que nous avions demandé, mais ce dont il a déterminé, dans sa sagesse, que nous avions besoin. Quoi qu’il en soit, nous devrions toujours faire très attention avant de conclure « Dieu n’a pas répondu à ma prière ».

Pourtant, il y a effectivement des moments où il ne répond pas. Cela ne devrait pas nous surprendre si nous avons une évaluation appropriée de notre propre égoïsme, de notre propre péché et de notre propre simplicité. Nous savons que Dieu a une puissance immense, une sainteté parfaite, une sagesse complète, des plans et des desseins qui englobent tout le temps et l’espace. Nos vies et le monde qui nous entoure seraient dans un état lamentable si Dieu était redevable de chacune de nos requêtes.

Notre confiance ne réside donc pas dans le fait que Dieu réponde à chacune de nos prières telles que nous les avons formulées, mais dans le fait que Dieu entende ces prières et détermine si, quand et comment y répondre au mieux. Si Dieu est vraiment qui il dit être, s’il est vraiment notre bon Père et nous les enfants qu’il aime, nous pouvons être certains que s’il ne répond pas, c’est seulement parce que c’est mieux pour nous. Il n’est ni cruel, ni arbitraire, ni apathique. Son inaction doit donc être pour notre bien, et non pour notre mal.

Quelles sont donc les façons dont Dieu exprime son amour et sa bonté à travers la prière non exaucée ?

Il se peut que Dieu ne réponde pas à nos prières parce qu’y répondre reviendrait à nous priver d’une bénédiction. Cela est particulièrement vrai lorsque nous prions pour être soulagés d’une souffrance ou délivrés d’un fardeau. La Bible et notre propre expérience montrent clairement que Dieu agit souvent puissamment à travers les épreuves, et non en dehors d’elles. Dans ces conditions, nous délivrer trop rapidement reviendrait en fait à nous priver d’une bénédiction. Ce serait nous priver de la circonstance même par laquelle Dieu nous façonne à son image. Il y a des fleurs qui ne peuvent être cueillies qu’au fond des vallées et seulement sur les sommets des montagnes, et il y a des bénédictions qui ne peuvent être obtenues que dans l’adversité. Dieu ne nous privera pas de l’expérience des bénédictions en nous élevant au-delà des moyens par lesquels elles peuvent être obtenues.

Dieu peut ne pas répondre à nos prières lorsqu’elles sont égoïstes. Si nous prions de manière à ne considérer que nous-mêmes et pas les autres, Dieu peut ne pas répondre à notre demande. L’esprit de Dieu est beaucoup plus grand que le nôtre et son plan est beaucoup plus vaste. Il considère toujours tous ses enfants et ne fera guère de mal à l’un pour en bénir un autre. Que nos prières soient consciemment ou inconsciemment égoïstes, Dieu peut ne pas y répondre si la bénédiction qu’il nous donne s’avère douloureuse pour un autre.

Bien sûr, Dieu peut ne pas répondre à nos prières lorsque ce qu’elles reflètent un péché ou lorsque nous vivons nous-mêmes dans l’impénitence. Dieu n’exaucera pas les prières qui demandent ce qu’il a interdit ou qui rejettent ce qui réjouit son cœur. Il n’exaucera pas les prières de ceux qui vivent dans le péché sans se repentir et qui rejettent les incitations et les supplications de son Esprit. Dieu peut fermer ses oreilles à nos prières comme un moyen de châtiment paternel destiné à nous faire prendre conscience de notre péché, à adoucir nos cœurs et à nous ramener à lui.

Il y a ensuite des moments où nos prières restent sans réponse uniquement parce qu’elles sont retardées. Le Dieu qui voit la fin dès le début ne refuse pas de répondre, mais attend simplement que le moment soit venu. Nous n’avons peut-être pas encore le caractère préparé ou les circonstances appropriées pour recevoir ce pour quoi nous avons prié. Tout comme un enfant ne peut pas faire de mathématiques avancées avant d’avoir maîtrisé les bases, nous pouvons avoir besoin d’une préparation divine pour être en mesure de recevoir et d’apprécier certaines des bénédictions de Dieu. Beaucoup de ceux qui implorent le succès seraient ruinés s’ils le recevaient, aussi Dieu retarde-t-il avec amour jusqu’à ce que leurs cœurs et leurs vies aient été préparés.

Il se peut aussi que les bénédictions que nous désirons n’aient pas encore été pleinement préparées. Nous pouvons planter un pommier et prier immédiatement pour qu’il porte des fruits, mais il faudra de nombreuses saisons pour qu’il grandisse et mûrisse et ce n’est qu’alors qu’il satisfera notre faim. Il en va de même pour de nombreuses bénédictions que nous désirons ardemment. Il peut y avoir une longue période de préparation pendant laquelle nous devons attendre patiemment que ces bénédictions soient préparées par sa main. Le silence de Dieu ne découle pas de l’apathie ou de l’indifférence, mais de l’amour. Il ne refuse pas de nous accorder la bénédiction, mais la prépare simplement, en la faisant passer de la graine à la jeune pousse, puis à la fécondité.

Là où nous nous trompons si souvent, ce n’est en ne croyant pas que Dieu a vraiment l’intention de nous bénir, en ne croyant pas que ses motivations sont uniquement et toujours l’amour, en n’attendant pas que le moment soit propice et que sa réponse soit parfaite. Notre tâche est de lui faire confiance, de lui faire confiance dans ce qu’il donnera et dans ce qu’il refusera, dans ce qu’il accordera en un instant et dans ce qu’il accordera seulement dans le temps. Notre tâche est de prier et d’attendre, de prier et de faire confiance, de prier et de veiller à ce qu’il fasse énormément et abondamment au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou même imaginer.

Cet article a été initialement publié sur Challies.com. La traduction est publiée ici avec permission.

Tim Challies
Plus de publications

Le père de Tim est originaire de Montréal et sa mère des Cantons-de-l'Est. Tim est un écrivain incontournable de la blogosphère anglophone. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été traduits en français : La foi d’hier pour l’ère d’aujourd’hui (Excelsis, 2011), Faire plus. Mieux. (BLF Edtions, 2017), Théologie visuelle (BLF Edtions, 2017). Il est ancien à Grace Fellowship Church. Lui et sa famille habitent à Toronto.

Published By: Tim Challies

Le père de Tim est originaire de Montréal et sa mère des Cantons-de-l'Est. Tim est un écrivain incontournable de la blogosphère anglophone. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été traduits en français : La foi d’hier pour l’ère d’aujourd’hui (Excelsis, 2011), Faire plus. Mieux. (BLF Edtions, 2017), Théologie visuelle (BLF Edtions, 2017). Il est ancien à Grace Fellowship Church. Lui et sa famille habitent à Toronto.