Quel est le but du … baptême?

Il y a peu de doute que la Bible ordonne aux chrétiens de se faire baptiser. Pourtant, la question de savoir qui exactement doit être baptisé et dans quelles circonstances fait l’objet d’un débat animé. Alors que nous progressons dans cette série sur des choses que nous, chrétiens, considérons souvent comme allant de soi, nous devons nous demander : quel est le but du baptême ?

Il est important de noter que jusqu’à ce point de la série, nous avons couvert des sujets pour lesquels il existe un accord substantiel entre la majorité des protestants. Cependant, lorsque nous abordons des questions telles que le baptême, le repas du Seigneur et le jour du Seigneur, nous arrivons à des sujets sur lesquels il existe un désaccord important entre les protestants. Il est cependant crucial de comprendre qu’il s’agit de questions de second ordre. Bien qu’elles créent des frontières entre les dénominations et les congrégations locales, ceux qui sont en désaccord sur ces questions peuvent toujours se reconnaître mutuellement comme de vrais croyants en Jésus-Christ. J’aborde cette question en tant qu’un chrétien baptiste qui cherche à être cohérent avec ses convictions tout en étant charitable envers ceux qui ont d’autres perspectives.

Trois points de vue sur le baptême

Parmi ceux qui professent la foi en Jésus-Christ, il existe trois points de vue principaux sur le baptême que je considère comme non bibliques.

Le baptême comme un moyen de salut. Ce point de vue est également appelé « régénération baptismale », et c’est la croyance (défendue de diverses manières par différentes dénominations) que le baptême est le moyen ou un moyen de salut. Les catholiques romains en sont les plus fervents adeptes, comme l’indique leur catéchisme: « Le saint baptême est la base de toute la vie chrétienne, la porte de la vie dans l’Esprit…et la porte qui donne accès aux autres sacrements. Par le baptême, nous sommes libérés du péché et renaissons comme fils de Dieu ; nous devenons membres du Christ, nous sommes incorporés à l’Église et nous participons à sa mission : « Le baptême est le sacrement de la régénération par l’eau dans la parole ». Ce sacrement est aussi appelé « le bain de la régénération et du renouvellement du Saint-Esprit », car il signifie et réalise effectivement la naissance de l’eau et de l’Esprit sans laquelle personne « ne peut entrer dans le royaume de Dieu ». » En raison de cette conviction, les catholiques nient la justification par la grâce seule et la foi seule.

Les luthériens sont également attachés à une variante de la régénération baptismale, bien qu’ils affirment qu’elle ne contredit pas leur vision de la justification par la grâce seule et  la foi seule. L’érudit luthérien Robert Kolb écrit : « Le baptême accomplit ce que Dieu a promis à son peuple de l’Ancien Testament. Il donne le salut, c’est-à-dire une nouvelle vie en Christ, à ceux qui ont été choisis selon la prescience de Dieu le Père. » Bien que le baptême « sauve », selon la théologie luthérienne, « le baptême est l’action de Dieu, une action de sa Parole. » Kolb écrit en résumé : « Le baptême sauve. Il ne le fait pas comme une simple eau ou comme la cause du salut, qui réside dans l’incarnation, la mort et la résurrection du Christ. Le baptême sauve en tant qu’instrument utilisé par Dieu depuis la création de l’univers, à savoir sa Parole. »

Le baptême comme inutile ou non pertinent. De l’autre côté, ceux qui rejettent la régénération baptismale sont souvent tentés d’accorder beaucoup trop peu d’importance à cette ordonnance. Parce qu’ils sont convaincus que le baptême ne peut ni causer le salut ni y ajouter, ils le jugent inutile pour les nouveaux croyants en Jésus. Bien qu’il n’y ait pas de chrétien individuel ou de dénomination qui prétende réellement avoir cette opinion, ceux qui n’enseignent pas aux nouveaux croyants à se faire baptiser l’ont tacitement.

Le baptême comme une entrée dans le peuple de l’alliance. Ce point de vue est partagé par les presbytériens et d’autres dénominations réformées qui pratiquent le baptême des enfants. Richard L. Pratt Jr. décrit ce point de vue de la manière suivante : « La théologie réformée considère le baptême comme une rencontre mystérieuse avec Dieu qui a lieu par le biais d’un rite impliquant des éléments physiques et une cérémonie spéciale. Par cette rencontre, Dieu distribue gracieusement des bénédictions à ceux qui y participent par la foi et aussi un jugement à ceux qui y participent sans foi. » Ils soutiennent que le baptême est efficace, plutôt que simplement symbolique. « Dans l’optique réformée, le baptême est efficace ; la grâce divine est ‘réellement… conférée, par le Saint-Esprit’ par le baptême. Même ainsi … cette effusion est mystérieuse parce qu’elle est ordonnée entièrement par le conseil éternel librement déterminé de Dieu.  » Ils croient que le baptême est pour l’Église ce que la circoncision était pour Israël. Ainsi, le baptême, comme la circoncision, sert d’entrée dans la communauté de l’alliance, mais ceux qui en font partie doivent exprimer leur foi en Dieu et leur repentir – tout comme Dieu a exigé de son peuple qu’il circoncise son cœur. Croyant que la promesse de la nouvelle alliance s’applique aux familles, tout comme elle s’appliquait à Israël, ils baptisent les enfants en bas âge. Sinclair Ferguson explique : « Les enfants des croyants reçoivent la même promesse que leurs parents et doivent donc être baptisés. »

Évaluation

La théorie catholique romaine de la régénération baptismale doit être rejetée catégoriquement. Elle enseigne que le salut et la grâce de Dieu sont conférés par le baptême, de sorte que « par le baptême, nous sommes libérés du péché et renaissons comme fils de Dieu. » Il s’agit d’un rejet de l’accent mis par le Nouveau Testament sur le fait que « Si tu confesses de ta bouche que Jésus est Seigneur et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé » (Romains 10.9) et que « C’est par la grâce que tu as été sauvé, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu, et non le résultat des œuvres, afin que personne ne puisse se glorifier » (Éphésiens 2.8-9). Le point de vue luthérien manque également de soutien scripturaire. Ses partisans affirment que c’est la Parole de Dieu à l’œuvre dans le baptême qui sauve, mais les enfants ne peuvent pas entendre et recevoir la Parole proclamée. Thomas J. Nettles déclare : « Nous ne pouvons citer aucun exemple de salut en dehors de la parole entendue. Les passages qui traitent de la souveraineté divine dans le salut lient le salut voulu à la parole, lue ou entendue, et volontairement embrassée. »

Nous devons également rejeter l’idée que le baptême est inutile ou sans importance. Bien que l’acte du baptême ne nous sauve pas de nos péchés, il est toujours nécessaire et mandaté par Dieu. Nettles insiste : « Le baptême n’était pas facultatif. Sa signification en tant que témoignage du salut au nom de Jésus, et le commandement donné par le Seigneur lui-même, en faisaient le concomitant naturel et le plus précisément expressif de la foi salvatrice. On ne peut donc être reçu comme membre de l’Église sans ce type de baptême. »

Enfin, l’opinion selon laquelle le baptême est une entrée dans le peuple de l’alliance n’est pas non plus à la hauteur, selon mon évaluation. Et je dis cela en reconnaissant les nombreux amis pieux et les membres de la famille qui s’y tiennent! Je crois qu’elle établit un parallèle trop strict entre la circoncision de l’Ancien Testament et le baptême du Nouveau Testament. Comme l’explique Bruce A. Ware, « Le parallèle entre la circoncision et le baptême dans la nouvelle alliance n’est pas entre la circoncision physique et le baptême des enfants ; le parallèle est plutôt entre la circoncision spirituelle du cœur et le baptême, qui signifie la régénération, la foi et l’union avec le Christ. » Le baptême des nourrissons peut même donner une fausse assurance et ajouter de la confusion sur qui est membre de la famille de Dieu.

Comme le dit Ware:

« Si le baptême bien compris signifie la réalité et pas seulement la promesse de l’union avec le Christ par la foi, alors la pratique du baptême des enfants communique quelque chose de profondément défectueux. Puisque, par nature, les enfants ne peuvent pas avoir compris ou embrassé la réalité de leur propre péché, ou l’œuvre rédemptrice gracieuse accomplie en Christ, ou la nécessité de la foi en dehors des œuvres pour recevoir le don gratuit de Dieu de la vie éternelle… ils ne peuvent tout simplement pas être ceux pour qui la réalité de l’union avec le Christ est vraie. Le baptême, qui signifie la réalité d’une telle union avec le Christ, ne doit être pratiqué – mais il doit vraiment être pratiqué – que sur ceux qui ont personnellement reconnu leur propre péché et confessé leur foi personnelle en Christ comme Sauveur et Seigneur. »

Ce que dit la Bible sur le baptême

En tant que baptiste réformé, je suis convaincu que le baptême est un symbole de l’œuvre du salut en Christ pour celui qui est baptisé. Nettles fournit cette définition utile : « Le baptême est l’immersion dans l’eau d’un croyant en Jésus-Christ, effectuée une fois en tant qu’initiation d’un tel croyant dans une communauté de croyants, l’Église. » Le soutien le plus fort pour ce point de vue est une simple lecture des passages narratifs de l’Écriture. Chaque récit du baptême dans l’Écriture s’applique à quelqu’un qui a entendu le message de l’Évangile et professé sa foi avant d’être baptisé. Comme le souligne Nettles, « Les seuls qui reçoivent le baptême sont ceux qui entendent l’évangile et croient. Nous ne pouvons désigner aucune personne qui, lorsqu’elle a reçu le baptême, n’a pas été pleinement instruite du matériel évangélique concernant la vie, la mort et la résurrection du Christ. « Parce que le baptême suit la régénération et la foi, il est un symbole de ce que Christ a déjà fait dans la vie du croyant. Ware dit: « Le signe du baptême, il ressort de toutes les preuves que le Nouveau Testament nous fournit, est conçu par Dieu comme un signe de la réalité de l’union avec le Christ par la foi expérimentée dans la vie de celui qui a cru en Christ seul pour son salut. « 

Conclusion

Nous sommes justifiés par la foi – et non par le baptême. Et pourtant, ceux qui sont justifiés par la foi reçoivent l’ordre de proclamer leur salut en se faisant baptiser. Par le baptême, nous obéissons au grand et dernier commandement donné par notre Seigneur : « Allez donc, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28.19-20).

Cet article a été initialement publié sur Challies.com. La traduction est publiée ici avec permission.

Tim Challies

Tim Challies - Le père de Tim est originaire de Montréal et sa mère des Cantons-de-l'Est. Tim est un écrivain incontournable de la blogosphère anglophone sur son blog Challies.com. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été traduits en français : La foi d’hier pour l’ère d’aujourd’hui (Excelsis, 2011), Faire plus. Mieux. (BLF Edtions, 2017), Théologie visuelle (BLF Edtions, 2017). Il est ancien à Grace Fellowship Church. Lui et sa famille habitent à Toronto.