Les soupçons sont un poison pour la vie en église

Lorsque mon fils n’avait que 4 mois, il a contracté un virus qui l’a rendu incapable de respirer. Dans l’effort désespéré de redémarrer son système respiratoire, des professionnels de la santé ont intubé mon fils Will. Alors qu’ils l’intubaient, celui-ci s’est mis à convulser. Son pédiatre était déconcerté. Malgré cela, Dieu a répondu à nos prières et mon garçon a recommencé à respirer à l’aide d’une assistance manuelle.

Lorsque les médecins de l’hôpital pour enfants malades sont arrivés, ils étaient perplexes face aux convulsions et à son état comateux qui en a résulté. Ces derniers déroutaient le diagnostic. Après avoir interrogé le pédiatre et les infirmières présents, ils croyaient que Will avait peut-être reçu une surdose de morphine lorsqu’ils essayaient de l’intuber. Il y avait un moyen pour le confirmer.

Le médecin a administré du Narcan, un antagoniste des opioïdes qui annule rapidement les effets de médicaments tels que la morphine ou l’héroïne. Will est passé d’un état comateux à un bébé qui pleure en quelques secondes. L’effet de la morphine était complètement annulé.

Nous étions reconnaissants pour l’excellente équipe de médecins de l’hôpital pour enfants malades, et pour un diagnostic clair.

Je m’émerveille souvent en pensant au Narcan. C’est étrange de voir un médicament agir si rapidement et de manière si drastique. Si vous y pensez, il y a très peu de changements dans la vie qui surviennent de manière aussi soudaine. Mais il y a un fléau de la vie en église qui peut être renversé presque aussi rapidement avec une sorte de Narcan spirituel.

Nous vivons dans une société suspicieuse. Nous ne faisons pas confiance aux politiciens, à la police, ou au clergé. Nous avons tendance à penser qu’il y a toujours plus à l’histoire que ce que les gens peuvent laisser croire. C’est l’âge des théoriciens du complot – regardez la télévision ce soir et vous verrez ce que je veux dire. Et ces soupçons peuvent facilement suinter dans la vie de l’église. Pourtant, la dernière fois que j’ai vérifié, les soupçons n’étaient pas un fruit de l’esprit. Heureusement, il y a un Narcan spirituel à la suspicion.

L’amour est un antagoniste aux soupçons. Comme Paul l’a dit : « l’amour espère tout » (1 Cor 13.7).

L’amour espère tout

Le fondement d’un véritable amour chrétien est de penser le meilleur de chacun. L’amour s’arrête sur ce qui est vrai, non pas sur la fiction. Il anticipe que les chrétiens réagiront et vivront comme des chrétiens, même s’ils ne l’ont pas fait depuis un certain temps. L’amour rejette toutes les théories du complot telles des ordures, et choisit de vivre avec l’heureuse anticipation qu’éventuellement, un frère retrouvera ses sens. L’amour vit dans la réalité. L’amour est désireux de pardonner. L’amour est prêt à être lésé. Et l’amour s’occupe des faits réels, non pas des motifs ou manigances imaginaires des autres.

Si une église s’aime fidèlement, les soupçons se volatiliseront. C’est pratiquement instantané parce qu’on ne peut pas être à la fois sceptique et faire confiance.

Je peux déjà entendre mes critiques: « même Jésus a dit d’être rusés comme des serpents! » J’entends ce que vous dites. Mais il nous a aussi dit d’être innocents comme des colombes. Comment ces deux choses peuvent-elles coexister? La seule explication est l’amour motivé par l’évangile. De plus, Jésus a donné ce double commandement à ses disciples alors qu’ils étaient sur le point d’aller de par le monde partager l’évangile, non pas dans la cuisine de l’église.

L’apôtre Paul savait ce qu’était d’être trahi (2 Tim 4.10), abandonné (Actes 15.38), et oublié (2 Tim 4.16); mais il est allé de l’avant, il a pardonné (2 Tim 4.11), et il a persévéré dans l’amour. Même lorsqu’il instruisait les Philippiens sur l’amour, il a mentionné que certains, par ambitions égoïstes, le négligeaient en prison et essayaient d’obtenir la première place dans l’échelle de célébrité des pasteurs de son temps.  

Qu’a dit Paul à leur sujet? Seulement ce qu’un cœur libéré par l’amour peut dire: « Qu’importe? De toute manière, que ce soit pour l’apparence, que ce soit sincèrement, Christ n’est pas moins annoncé: je m’en réjouis, et je m’en réjouirai encore. » (Phil 1.18).

Juguler les soupçons par l’amour

Je crains que nous n’en fassions pas assez dans nos églises pour juguler la croissance de la suspicion. Le poison des soupçons ne peut être extrait que par l’amour. Cela signifie que nous devons prêcher à ce sujet, penser ces choses, et vivre l’amour dans nos propres vies. Effacer les soupçons commence dans ta vie, non pas dans celle de ton voisin.

La Bible ne dit pas: « Bien-aimés, soyons suspicieux les uns envers les autres ». Ni: « Si nous sommes méfiants les uns envers les autres, Dieu demeure en nous et son amour est parfait en nous ».

Si nous devons nous tromper dans cette vie, errons du côté de l’amour. À la longue, vous pourriez découvrir que vous ressemblez ainsi beaucoup plus à Dieu.


Cet article a été initialement publié sur The Gospel Coalition Canada. La traduction est publiée ici avec permission.

Paul Martin est le pasteur principal de la Grace Fellowship Church à Toronto, en Ontario. Son affection pour la communauté des personnes handicapées, surtout depuis que le handicap est entré dans sa famille par l'intermédiaire de son fils, lui a donné l'occasion de parler pour The Elisha Fondation et la Ethics and Religious Liberty Commission. Cela l'a également poussé à protéger les enfants à naître et à travailler en étroite collaboration avec un centre local de soins aux femmes enceintes. Vous pouvez trouver Paul sur Facebook, Twitter (@PastorPWMartin), son blog, ou via le site Web de Grace Fellowship Church (gfcto.com).

Published By: Paul Martin

Paul Martin est le pasteur principal de la Grace Fellowship Church à Toronto, en Ontario. Son affection pour la communauté des personnes handicapées, surtout depuis que le handicap est entré dans sa famille par l'intermédiaire de son fils, lui a donné l'occasion de parler pour The Elisha Fondation et la Ethics and Religious Liberty Commission. Cela l'a également poussé à protéger les enfants à naître et à travailler en étroite collaboration avec un centre local de soins aux femmes enceintes. Vous pouvez trouver Paul sur Facebook, Twitter (@PastorPWMartin), son blog, ou via le site Web de Grace Fellowship Church (gfcto.com).