Matière à réflexion : Sur les Écritures, le temps, et l’espoir

Le temps est un cadeau, mais qui est délicat. Après tout, il se prolonge et se donne sans cesse lorsque nous voulons quelque chose immédiatement, mais il se retient lorsque nous voulons que quelque chose soit éternel.

« S’il vous plaît, priez… », a insisté mon ami dans un texto. Des précisions importantes ont suivi. Une situation très délicate avec un membre de la famille était la raison de l’appel à la prière. Mon cœur s’est effondré. Je pouvais entendre l’inquiétude dans les mots alors que je lisais les détails dévastateurs de la situation. Après avoir lu le tout, mon cœur était aussi lourd. Porter les fardeaux des uns et des autres, voilà ce que nous faisons. Et dans le processus, notre dos fait un peu mal et notre cœur beaucoup.

Les perspectives de changement de la situation qui pèse sur la famille de mon ami ne sont pas près de changer. Mais, ce n’est pas toute l’histoire.

L’un des avantages de la lecture répétée des Écritures, en particulier des récits les plus familiers, est qu’elle permet de faire une nouvelle expérience de la parole de Dieu. De nouveaux angles que nous avons manqués, des informations ou des détails à remarquer pour la première fois.

Alors que je parcours à nouveau la Bible dans l’ordre chronologique, je navigue dans le livre de l’Exode. Après la démonstration de puissance littéralement fantastique par laquelle Dieu fait sortir son peuple d’Égypte, commence alors son voyage dans le désert vers la terre promise par Dieu. Par l’intermédiaire de Moïse, Dieu partage avec son peuple son plan pour lui.

À plusieurs reprises, on parle aux Israélites de la terre que Dieu a promise à Abraham, Isaac et Jacob, leurs ancêtres.

Si vous avez lu la Bible ou regardé l’interprétation de Moïse par Charleston Heston, vous savez que les Israélites se rebellent et sont donc punis, puis errent dans le désert pendant quarante ans.

Avant leur rébellion, cependant, en fait peu de temps après qu’ils aient traversé la mer rouge sur la terre ferme et commencé leur voyage, au milieu d’instructions, Dieu leur dit comment Il chassera ceux qui occupent le pays qu’Il a promis de leur donner :

« J’enverrai les frelons devant toi et ils chasseront loin de toi les Héviens, les Cananéens et les Hittites. Je ne les chasserai pas en une seule année loin de toi, sinon le pays deviendrait un désert et les bêtes des champs se multiplieraient à ton détriment. C’est peu à peu que je les chasserai loin de toi, jusqu’à ce que tu aies suffisamment augmenté en nombre pour pouvoir hériter du pays. » Exode 23.28-30

Le plan était de chasser les ennemis d’Israël « …petit à petit… ». Sinon, les animaux sauvages deviendraient une menace pour eux. Wow.

Il y a de la sagesse et de l’attention dans la planification de Dieu. Il considère et prévoit l’ordre naturel des choses. Il peut agir pour le modifier, comme il l’a fait en séparant la mer Rouge, ou travailler à l’intérieur de ses limites.

Dans ce passage, le Dieu de la création, qui a donné l’existence au monde, prends en compte l’ordre naturel des choses, y compris et surtout le temps.

Combien de plus devons-nous faire ?

Je pense à mon ami et à sa demande de prière urgente pour le membre de sa famille et la situation de détresse à laquelle il est confronté. Nous ne voyons pas toute l’histoire, lui ai-je envoyé par SMS. C’est Dieu qui a le dernier mot. L’espoir n’a pas de date d’expiration.

Le temps qui s’écoule entre aujourd’hui et l’avenir peut sembler décourageant, ou peut-être même figé. Comme si rien n’allait jamais changer. Ce n’est pas le cas ! Il avance au rythme de l’espoir. Cela signifie qu’il faut attendre avec l’espoir que Dieu est présent et actif. Parfois, il ouvre une mer en plein milieu pour que des milliers de personnes puissent la traverser et savoir qu’il est Dieu et pour elles. D’autres fois, il permet que les choses arrivent petit à petit, parce que c’est ce que notre cadre peut supporter.

Comment pouvons-nous savoir ce que les jours à venir nous réservent ? Nous ne le savons pas. C’est l’espace où vit l’espoir. Attendre, anticiper.

Cet article a été initialement publié sur Food for Thought. La traduction est publiée ici avec permission.

Paola Barrera

Paola Barrera écrit et parle de l'intersection entre la foi, la vie et la théologie, afin d'explorer comment la foi informe la vie quotidienne. Elle vit à Montréal avec son mari Gustavo.