Le pardon de Corrie Ten Boom

Une des choses les plus difficiles auxquelles un chrétien fera face, c’est d’offrir un pardon sincère à ceux qui nous ont blessés profondément. Quand Jésus nous commande d’aimer nos ennemis et de leur offrir notre pardon, c’est difficile pour nous de croire qu’il savait vraiment de quoi il parlait. « Jésus ne connaissait pas mon père » ou « Jésus ne comprend pas la profondeur de ma douleur. »

Pourtant, il comprend, et il nous commande de pardonner précisément parce qu’il comprend. Jésus sait que même les blessures les plus profondes peuvent se guérir par son sang. C’est pourquoi j’aime l’histoire de la rencontre de Corrie Ten Boom avec l’amour pardonnant de Jésus dans son livre exceptionnel The Hiding Place.

Corrie Ten Boom a travaillé contre les nazis durant la Deuxième Guerre mondiale, en cachant des juifs chez elle. Quand elle a été prise, elle a été envoyée dans un camp de concentration où on lui a enlevé toute dignité, où elle a vu mourir son père et sa sœur Betsie, et elle a souffert plus aux mains d’autres personnes que nous ne pourrions imaginer. C’est précisément pourquoi sa rencontre avec le pardon est si mémorable :

« C’était dans une réunion d’église à Munich que je l’ai vu : l’ancien agent du S.S. qui avait servi comme gardien devant la porte de douche au centre de traitement à Ravensbrück. Il était le premier des geôliers que j’avais vu depuis ce temps. Et soudainement c’était tout revenu – la salle pleine d’hommes moqueurs, les tas de linge, le visage de Betsie blanchie de douleur. Il s’est approché pendant que l’église se vidait, souriant et s’inclinant. ‘Je suis tellement reconnaissant pour votre message, Fräulein,’ dit-il. ‘Penser que, comme vous le dites, il m’a lavé de tous mes péchés!’

Il avait tendu sa main pour serrer la mienne. Et moi, qui prêchais si souvent aux gens à Bloemendaal sur le besoin de pardonner, j’ai gardé ma main à mes côtés.

Même tandis que les pensées de colère et de vengeance bouillonnaient en moi, je voyais là le péché. Jésus-Christ était mort pour cet homme; est-ce que j’allais demander plus que ça? ‘Seigneur Jésus,’ j’ai prié, ‘pardonne-moi et aide-moi à lui pardonner.’

J’ai essayé de sourire. J’ai lutté pour lever ma main. Je ne pouvais pas. Je ne sentais rien, ni la moindre étincelle de chaleur ou de charité. Et donc encore une fois j’ai fait une prière silencieuse. Jésus, je ne suis pas capable de lui pardonner. Accorde-moi ton pardon.

En lui prenant la main, quelque chose la plus incroyable a eu lieu. De mon épaule, tout au long de mon bras et à travers ma main, un courant semblait passer de moi à lui, tandis que dans mon cœur a surgi un amour pour cet inconnu qui m’a presque bouleversé.

Ainsi j’ai appris que ce n’est pas notre pardon, pas plus que sur notre bonté, dont la guérison du monde dépend, mais du sien. Quand il nous dit d’aimer nos ennemis, il donne, ensemble avec la commande, l’amour même. »

Le pardon peut être difficile, mais ce n’est pas notre pardon « dont la guérison du monde dépend, mais du sien. » On nous a donné l’opportunité de participer dans l’amour que Jésus tend vers le monde avec notre pardon. Je trouve que ceci est un grand encouragement : que Christ nous donne l’amour dont nous avons besoin pour pardonner pendant que nous pratiquons le pardon.

Je ne sais pas ce qui se passe dans ta vie, je ne sais pas pour qui tu as de la difficulté à pardonner, mais je prie que tu puisses trouver de l’encouragement dans l’histoire de Corrie à voir l’amour pardonnant de Jésus dans ta vie.

Cet article a été initialement publié sur The Gospel Coalition Canada. La traduction est publiée ici avec permission.

Matthew Crocker (MDiv, Regent College) vit à Vancouver, en Colombie-Britannique, où il occupe le poste de directeur des ministères de la jeunesse pour Christ City Church.