Les gens reviendront-ils à l’église ? Voici une question encore plus importante.

Les pasteurs se parlent les uns aux autres, se demandant à quoi leur église ressemblera une fois que les restrictions de COVID-19 auront terminé, et quand même la personne la plus inquiète s’aventurera de nouveau à sortir dans le monde – incluant le retour à l’église. Un ami Pasteur a dit que nous avons déjà perdu des gens aux deux extrémités de l’échelle en répondant au récit des médias et aux politiques du gouvernement concernant la COVID-19. Un autre croit que bien des personnes se sont éloignées de la foi et ne reviendront pas. Un autre ami a répondu à ce commentaire, en disant que le Seigneur est en train de purifier son église, et que c’est une bonne chose.

Un commentaire par un ami pasteur ressort spécialement, me conduisant à réfléchir et à prier. Il a partagé ce que lui a dit Robbie Symons de Hope Bible Church, « Beaucoup plus important que la question de qui se tiendra avec nous quand tout ceci termine est la question d’où nous nous tenons maintenant, et où nous nous tiendrons, quand tout ceci aura terminé. » C’est une paraphrase de ce qu’il a dit, ce qui était bien plus concis!

Ce qui suit, sont cinq textes bibliques qui décrivent, j’espère, où nous, à Church of the Messiah (mon église), avons cherché à nous tenir depuis la mi-mars 2020, et où nous désirons continuer à nous tenir par la grâce et la miséricorde du Dieu Trinitaire dans les jours, les mois, et les années devant nous.

Matthieu 28.18-20

« Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. »

Quel avantage a une personne d’avoir le point de vue correct au sujet des masques et des fermetures, s’il forfait son âme?

J’ai lutté pour limiter mes opinions sur ces questions, pour le bien de ceux qui sont perdus, et pour le bien de l’unité de l’église. J’avoue que je pense souvent aux églises qui étaient silencieuses quand Hitler s’élevait au pouvoir et ensuite quand il était au pouvoir. Je pense aux églises qui ont appuyé ou qui sont restées silencieuses durant l’apartheid en Afrique du Sud et l’esclavage en Amérique du Nord.

Ces exemples historiques témoignent du fait qu’un engagement envers l’évangélisation et la Grande Commission ne devrait pas rendre une église formée par l’évangile totalement silencieuse en face du mal social, culturel, et politique. Comme Jean-Baptiste a confronté Hérode, quelquefois nous devons confronter les puissances sociales, culturelles, et politiques. L’église de nos jours doit parler d’avortement et d’euthanasie.

La Grande Commission ne doit pas rendre l’église au silence, ni la « dépolitiser », mais elle doit avertir l’église contre se laisser attirer par de plus en plus de questions politiques. Nous devons nous rappeler la distinction importante entre « l’église assemblée » et « l’église dispersée ». L’église assemblée signifie les temps d’adoration de la congrégation, sa mission et son œuvre en tant qu’église. Mais ceci n’est que la pointe de l’iceberg quand il s’agit de ce que l’église fait.

L’église dispersée est ce que tous les membres font dans leurs vocations et leurs ministères particuliers. Ceci est le ministère et le témoignage plus grand. Une grande partie de ce qui a besoin d’être fait en ce qui concerne la COVID-19 devrait vraiment être faite par « l’église dispersée ».

Les médecins, les infirmières et les infirmiers, les écrivains, les mathématiciens, les économistes, etc. – tous devraient rechercher la vérité dans leur travail et prononcer la vérité dans la place publique et/ou leur sphère d’influence, sachant qu’ils ont une communauté qui les appuie et qui se tiendra debout avec eux, les supportant dans la prière. Ainsi, j’espère que nous nous tenons debout sur la priorité de proclamer l’Évangile aux saints et aux perdus, à notre ville, à chaque peuple, jusqu’aux extrémités de la terre.

2 Corinthiens 4.5-6

Notez bien, vous devriez lire du verset 1 au verset 6, mais les versets 5-6 atteignent le point capital :

« Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes; c’est Jésus-Christ le Seigneur que nous prêchons, et nous nous disons vos serviteurs à cause de Jésus. Car Dieu, qui a dit: ‘La lumière brillera du sein des ténèbres!’ a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. »

Penser concernant ce que l’église peut faire pour attirer les non-chrétiens, ou pour leur rendre plus facile de venir à votre église, c’est une bonne habitude, mais une mauvaise règle, et un maître terrible. Quand ça devient une règle, ou ton maître, cela fait croître facilement la tentation pécheresse humaine normale d’éviter les vérités difficiles de tout le conseil de Dieu.

Je connais une église évangélique qui ne parle plus des questions concernant la sexualité – et la raison donnée est qu’ils veulent atteindre ceux qui sont perdus. Ils se sont laissés emporter à croire que leur œuvre peut convertir. Nous devons nous rappeler que seulement le Seigneur peut convertir, et il te demande à toi et à ton église de proclamer qu’Il est Seigneur de chaque pouce carré de ta personne, de chaque personne, et de tout l’univers.

En passant, le fait de proclamer que Jésus est Seigneur a des implications si l’État et/ou les puissances culturelles cherchent à augmenter de plus en plus. Je veux que nous prenions position pour la sensibilité à enlever les barrières non essentielles à l’église, toujours en proclamant avec une clarté engageante, que Jésus-Christ est Seigneur – et en nous confiant en Lui pour accomplir le miracle de la conversion.

Priez que nous soyons comme Paul, qui a dit aux anciens de l’église à Éphèse, « car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher » (Actes 20.27). Je veux que nous prenions position pour la vérité que Jésus est Seigneur, et pour la proclamation que Jésus est Seigneur.

Jean 3.30

« Il faut qu’il croisse, et que je diminue. » 

Ces mots ont été prononcés par Jean-Baptiste. Jésus l’appelle le plus grand des prophètes (Matthieu 11.7-11). Dans le monde, il y a un fameux « mois de la fierté ». Mon espoir et ma prière est que nous ayons une année de « Il faut qu’il croisse, et que je diminue » – d’année en année – avec toujours plus de profondeur. Au milieu des bouleversements, des divisions, des cris, des accusations, des peurs et de l’isolement, je prie que nous marchions dans le sentier de « Il faut qu’il croisse, et que je diminue. »

Matthieu 12.20 

« Il ne brisera point le roseau cassé, Et il n’éteindra point le lumignon qui fume, Jusqu’à ce qu’il ait fait triompher la justice. »

Ceci fait partie d’un texte plus long (les versets 12-15) où Matthieu cite Ésaïe 42 pour indiquer quel type de Seigneur et Sauveur nous avons en Jésus-Christ. Est-ce que ceux qui sont en faveur des politiques du gouvernement et le récit des médias sont le « roseau cassé »?

Est-ce que ceux qui sont très sceptiques concernant les politiques du gouvernement et le récit des médias sont le « roseau cassé »? Je prie que nous prendrons position dans Son attitude d’amour, de douceur, et d’espérance envers ceux dans nos milieux qui semblent être perdus, confus, soupçonneux, et en difficulté – et envers ceux qui ne sont pas d’accord avec nous.

Matthieu 16.18

« Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur ce roc je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. »

Comme le dit un vieux cantique, Satan nous tente à sombrer dans le désespoir. Les églises et les leaders sont facilement tentés à sombrer dans le désespoir. En effet, nous nous trompons facilement et interprétons notre désespoir comme étant une sagesse prophétique et la fidélité. Nous pensons : la culture et l’état sont puissants. Ils croissent. L’église est mourante. Nous tiendrons ferme à la foi chaque jour dans le cercle des wagons, même pendant qu’on nous descend peu à peu et qu’il ne reste plus personne – mais nous mourrons dans la fidélité!

Ça, c’est le désespoir se faisant passer pour de la sagesse.

Bien sûr, nous ne devrions pas être triomphalistes, assurés de notre succès et de la croissance constante. Nous avons besoin de nous rappeler de l’Évangile de semaine en semaine. À mesure que l’Évangile nous saisit, nous devons nous contenter d’enseigner et de prêcher l’Évangile fidèlement dans le contexte de tout le conseil de Dieu, et enseigner tout le conseil de Dieu dans le contexte de l’Évangile.

Nous avons besoin de faire les choses ordinaires dans la vie de l’église – nous assembler pour l’adoration, aider ceux qui ont besoin d’aide, enseigner les enfants, faire partie d’un petit groupe, appuyer les missions mondiales, être financièrement généreux, prier les uns pour les autres; je pourrais continuer, mais vous comprenez ce que je veux dire.

C’est Son travail de faire croître l’église, et Il a promis qu’Il a été en train de faire croitre Sa vraie église, qu’Il est en train de faire croitre Sa vraie église, et qu’Il fera croitre Sa vraie église, jusqu’à ce qu’Il vienne. Je prie que nous prenions position sur cette espérance bénie!


Cet article a été initialement publié sur The Gospel Coalition Canada. La traduction est publiée ici avec permission.

Plus de publications

George a servi dans une église «multi-points» de banlieue et une autre rurale. Il est actuellement le recteur de l'Église du Messie au cœur de la ville d'Ottawa. Il a été président d'Essentiels Canada et président fondateur de sa dénomination (ANiC). Il est actuellement président du groupe de travail ANiC pour rendre l'ANiC plus profondément biblique à tous les niveaux. Il est le directeur du séminaire de Ryle. Il est le président de l'équipe de direction des serviteurs de Dig & Delve qui organise une conférence annuelle d'apologétique à Ottawa. Il s'adresse également régulièrement sur la Colline du Parlement à la communauté chrétienne de la Colline du Parlement. Il a la chance d'être marié à Louise depuis 1981. Ils ont 9 enfants et beaucoup de beaux-fils et de belles-filles et petits-enfants. George est un membre original du conseil de TGC Canada. Vous pouvez le joindre personnellement à george(at messiahchurch.ca.

Published By: George Sinclair

George a servi dans une église «multi-points» de banlieue et une autre rurale. Il est actuellement le recteur de l'Église du Messie au cœur de la ville d'Ottawa. Il a été président d'Essentiels Canada et président fondateur de sa dénomination (ANiC). Il est actuellement président du groupe de travail ANiC pour rendre l'ANiC plus profondément biblique à tous les niveaux. Il est le directeur du séminaire de Ryle. Il est le président de l'équipe de direction des serviteurs de Dig & Delve qui organise une conférence annuelle d'apologétique à Ottawa. Il s'adresse également régulièrement sur la Colline du Parlement à la communauté chrétienne de la Colline du Parlement. Il a la chance d'être marié à Louise depuis 1981. Ils ont 9 enfants et beaucoup de beaux-fils et de belles-filles et petits-enfants. George est un membre original du conseil de TGC Canada. Vous pouvez le joindre personnellement à george(at messiahchurch.ca.