Le bénéfice de la mémorisation de la Bible

Il y a quelques années, un pasteur jeunesse avait fait un concours. Tous les jeunes et les dirigeants devaient participer. En premier lieu, il a demandé à tous s’ils pouvaient écrire la liste des ingrédients d’un Big Mac. Un très grand nombre de jeunes et de dirigeants ont été capables de le faire. Tout le monde faisait des « tape-m’en-cinq » dans la pièce.

Ensuite, il leur a demandé d’écrire les Dix Commandements. Une seule personne a eu la bonne réponse, c’était une jeune fille qui n’était pas une des dirigeants. Aucun « tape-m’en-cinq », juste un sentiment d’étonnement, de culpabilité dans la pièce. Son point était simple : n’y a-t-il pas quelque chose qui manque dans votre marche avec le Christ, si vous ne connaissez pas les Dix Commandements, mais que vous savez quels sont les ingrédients d’un Big Mac?

De ce que je comprends, la plupart des écoles n’entraînent plus les enfants ni les jeunes à faire de la mémorisation de textes. Cela est perçu comme une manière inefficace d’apprendre. Cette perspective se faufile facilement dans les cercles chrétiens. Toutefois, je pense que la mémorisation de la Bible est bénéfique, c’est une pratique que tous les chrétiens, peu importe l’âge, devraient pratiquer. Voici donc, un nombre de commentaires sur la Bible pour vous aider à la mémoriser.

Premièrement, pourquoi devrais-je mémoriser la Bible alors que j’ai un téléphone intelligent et Google?

Simplement dit, vous ne pouvez pas vivre ni comprendre ce que vous ne connaissez pas. Le fait qu’un verset soit dans l’éther ne veut pas dire qu’il soit dans votre tête. C’est seulement ce que vous avez dans votre tête et votre cœur que vous pouvez penser, développer, et grandir. Mémoriser un verset biblique veut dire qu’il sera gravé dans votre pensée. En effet, il se peut que vous croyiez que vous n’allez plus jamais repenser à ce verset, mais vous allez probablement y penser à nouveau. Cependant, vous ne penseriez définitivement pas à un texte que vous ne connaissez pas.

De plus, le processus de mémorisation en soi veut dire que le texte sera très présent dans votre pensée pendant au moins la période de la mémorisation. Le dirigeant jeunesse qui ne connaît pas les Dix Commandements aura de la difficulté à les observer, ou à avoir une pensée fondée sur ceux-ci.

Deuxièmement, la mémorisation n’enseigne-t-elle pas juste l’apprentissage par cœur, et pas l’apprentissage cognitif, ou la sagesse?

Ceci est souvent dit comme si la réponse était évidemment un « oui ». Mais, cela est à la fois une fausse dichotomie et pas vrai. Les dirigeants jeunesse dans l’exemple de mon introduction n’avaient ni l’apprentissage par cœur ni l’apprentissage cognitif. Ils ne savaient pas. Comment pouvaient-ils cultiver « une sagesse des Dix Commandement » s’ils ne connaissaient pas les Dix Commandements?

Il est vrai qu’avant, lorsque les écoles du dimanche et les groupes de jeunes organisaient des concours et des prix pour encourager la mémorisation de la Bible, plusieurs personnes travaillaient fort pour gagner le concours, et ensuite, elles disaient qu’une semaine plus tard, en riant, elles n’étaient pas capables de se rappeler du verset. Mais, cela survenait une semaine plus tard.

Plusieurs de ces mêmes personnes diront maintenant que certains versets viennent de manière spontanée à leur esprit. Ces personnes disent quelque chose comme ceci : « Il m’est difficile de mémoriser la version NIV ou la version ESV parce que la version KJV ou la version RSV que j’ai mémorisées quand j’étais plus jeune sont gravées dans ma mémoire. »

Troisièmement, mais ne trouvez-vous pas la mémorisation de la Bible ennuyante?

Il y a quelques années, le chanteur chrétien Rich Mullins se faisait régulièrement dire par les gens à quel point certaines de ses paroles étaient significatives pour leurs vies. Il les remerciait toujours et leur demandait de prier pour lui. Mais, il ajoutait aussi quelque chose d’autre. Il leur demandait s’ils mémorisaient la Bible.

Il était très commun pour les gens de lui dire quelque chose comme ceci : « je trouve que vos paroles sont puissantes et signifiantes, mais les textes bibliques me laissent indifférent. » Ensuite, il leur répondait gentiment avec quelque chose comme cela : « Écoutez-moi, mes paroles sont les paroles d’un pécheur racheté, simplement humaines. Il est bien mieux pour vous de mémoriser la Bible. C’est la Parole de Dieu. Mes paroles passeront. Ses Paroles subsistent avec sagesse et pouvoir. » Les paroles de Rich sont vraies.

Il est facile pour nous de préférer les paroles de C.S. Lewis, ou celles de notre chanteur chrétien préféré, à celles de la Bible. Il nous est plus simple d’être enclins à aimer mieux nos propres paroles lorsque nous écrivons dans notre journal, que la Parole écrite de Dieu. Cependant, ces préférences révèlent la folie de nos cœurs, et pas de la véritable sagesse. Avoir la Parole de Dieu gravée dans nos pensées est un grand bien.

Quatrièmement, comment mémoriser?

Voici sept points simples à considérer : 

  1. Répétez le verset biblique (avec la référence du verset) à voix haute, 20 fois de suite. Vous pouvez augmenter ou diminuer le nombre de fois, ce qui sera affecté est la vitesse à laquelle vous mémorisez. Toutefois, ne sautez pas l’étape de dire le verset à voix haute. Il semblerait que ceci fasse une grande différence. 
  2. Pour faire changement, écrivez le verset à la main 20 fois de suite. Il est définitivement mieux si vous le faites avec un crayon et du papier qu’en tapant au clavier. Pour une raison quelconque, taper au clavier n’a pas le même bénéfice pour la mémorisation.
  3. Mémorisez généralement la version que vous lisez, mais vous devriez aussi voir d’autres traductions. Quelques versions de la Bible sont vraiment conçues pour la lecture simple de longs paragraphes. D’autres versions s’acharnent à être plus littérales, donc plus « verset par verset ». Il se peut que le verset « angulaire » d’une version littérale soit meilleur (et plus facile) à mémoriser.
  4. Prenez une pause de la mémorisation du verset pour réfléchir sur celui-ci et remarquer ses vérités. Un exercice pratique serait d’écrire 20 choses que vous remarquez ou que vous avez appris du verset. Connaître le verset de cette façon peut vous aider à le mémoriser.
  5. Une autre pause que vous pourriez prendre de la mémorisation du verset, qui pourrait vous aider à le mémoriser, serait de considérer de quelle façon vous pourriez prier avec ce verset, ou comment ce verset pourrait vous guider dans votre prière.
  6. Mémorisez jusqu’à ce que vous puissiez dire le verset sans regarder, à ce moment-là commencez à en mémoriser un autre.
  7. Ce n’est pas un signe de faiblesse si plus tard vous avez besoin et si vous voulez mémoriser à nouveau le verset. Vous mémorisez la Bible afin que votre cœur soit rempli de la Parole de Dieu, et pas pour prouver à quel point vous êtes bon(ne) dans la mémorisation.

Cinquièmement, quel verset devrais-je mémoriser?

Il n’y a pas de règle à suivre. Mémorisez les versets au fur et à mesure que vous les retrouvez dans votre lecture biblique, ou dans la lecture en petit groupe, dans la littérature chrétienne, ou dans les sermons à votre église.  Demandez des suggestions à un chrétien mature dans votre église. Vous pouvez aussi consulter l’excellente ressource [anglaise] The Navigators : « Topical Memory System ».

Cela étant dit, s’il vous plaît priez pour votre église locale, et s’il vous plaît priez pour moi, afin que nous ayons à cœur la Parole de Dieu dans chaque aspect, y compris la mémorisation de la Bible. En passant, vous souvenez-vous de la jeune fille de laquelle je vous parlais au début de ce blogue? Celle qui était la seule à connaître les Dix Commandements? Je ne sais pas comment cela concorde, mais elle était une des rares personnes à ne pas connaître les ingrédients d’un Big Mac.


Cet article a été initialement publié sur The Gospel Coalition Canada. La traduction est publiée ici avec permission.

Plus de publications

George a servi dans une église «multi-points» de banlieue et une autre rurale. Il est actuellement le recteur de l'Église du Messie au cœur de la ville d'Ottawa. Il a été président d'Essentiels Canada et président fondateur de sa dénomination (ANiC). Il est actuellement président du groupe de travail ANiC pour rendre l'ANiC plus profondément biblique à tous les niveaux. Il est le directeur du séminaire de Ryle. Il est le président de l'équipe de direction des serviteurs de Dig & Delve qui organise une conférence annuelle d'apologétique à Ottawa. Il s'adresse également régulièrement sur la Colline du Parlement à la communauté chrétienne de la Colline du Parlement. Il a la chance d'être marié à Louise depuis 1981. Ils ont 9 enfants et beaucoup de beaux-fils et de belles-filles et petits-enfants. George est un membre original du conseil de TGC Canada. Vous pouvez le joindre personnellement à george@messiahchurch.ca.

Published By: George Sinclair

George a servi dans une église «multi-points» de banlieue et une autre rurale. Il est actuellement le recteur de l'Église du Messie au cœur de la ville d'Ottawa. Il a été président d'Essentiels Canada et président fondateur de sa dénomination (ANiC). Il est actuellement président du groupe de travail ANiC pour rendre l'ANiC plus profondément biblique à tous les niveaux. Il est le directeur du séminaire de Ryle. Il est le président de l'équipe de direction des serviteurs de Dig & Delve qui organise une conférence annuelle d'apologétique à Ottawa. Il s'adresse également régulièrement sur la Colline du Parlement à la communauté chrétienne de la Colline du Parlement. Il a la chance d'être marié à Louise depuis 1981. Ils ont 9 enfants et beaucoup de beaux-fils et de belles-filles et petits-enfants. George est un membre original du conseil de TGC Canada. Vous pouvez le joindre personnellement à george@messiahchurch.ca.