Connaître l’Évangile

Home
Vie personnelle
Connaître l'Évangile

Connaître l’Évangile

L’évangélisation implique connaître l’Évangile, vivre l’Évangile, et lorsque le moment est adéquat, parler de l’Évangile.

Aujourd’hui, je voudrais discuter du besoin de connaître l’Évangile. Le mot «évangile» signifie simplement «bonne nouvelle». Alors, dites-moi, qu’est-ce que la bonne nouvelle?

Si vous allez évangéliser, vous devez connaître ce que vous annoncez, parce que si vous ne savez pas exactement ce qu’est l’Évangile, vous ne pouvez pas vivre et parler clairement de l’Évangile. Si vous n’êtes pas vraiment certain de ce en quoi consiste la bonne nouvelle, vous pouvez facilement être tentés d’ajouter des éléments à l’Évangile, de soustraire, de la confondre, ou de la modifier afin d’obtenir les résultats d’évangélisation que vous voulez.

La Bible ne nous donne pas une définition de l’Évangile, mais elle nous en donne les points essentiels non négociables. John Stott donne la définition biblique suivante : « Dieu sauve les pécheurs. » Si vous développez cette affirmation vous obtenez quelque chose comme ceci: Dieu lui-même est venu sur la terre en Jésus, a pris une nature humaine et s’est fait serviteur afin de nous sauver. Jésus se substitue à nous, paie la dette de notre péché, triomphe des forces du mal, porte la malédiction et la colère divine et assure pour nous un salut par la grâce, et non par nos œuvres. Jésus promet pour son peuple une vie nouvelle par l’Esprit dans le présent, la vie dans le ciel à la mort et la vie avec Dieu dans les cieux nouveaux et la terre nouvelle avec le peuple de Dieu dans l’avenir.

Je ne dis pas que c’est la façon dont vous devriez parler à quelqu’un de l’Évangile. Rappelez-vous qu’aujourd’hui, nous parlons de connaître l’Évangile. Naissance, Crucifixion, Résurrection. Ou en des termes plus théologique: Incarnation, Expiation, Eschatologie. Vous pouvez les expliquer de différentes manières, mais ce sont ce que la Bible présente comme les éléments essentiels de l’Évangile.

La Bible nous enseigne que les bonnes nouvelles sont bonnes parce que Jésus nous sauve de quelque chose de mauvais, alors que la mauvaise nouvelle est que nous sommes pécheurs. La racine de notre mal ne vient pas de ce que nous faisons, mais de ce que nous sommes. Nous péchons parce que nous sommes pécheurs. Ceci est important parce que sinon, l’évangélisation devient une réforme morale temporaire: faites comme Jésus, arrêtez de boire, allez à l’église, soyez un bon mari, aidez les pauvres, compostez davantage… Mais quand nous reconnaissons que notre vrai problème est notre état d’asservissement au péché et notre aliénation devant Dieu, alors l’évangélisation ne se réduit plus à rendre les gens meilleurs en les faisant suivre des règles; il s’agit plutôt d’amener les gens à la croix de Jésus pour qu’ils puissent être libérés et réconciliés avec Dieu.

Mais quelle place accorder dans tout cela à la volonté d’être comme Jésus et de lutter pour la justice et la paix, contre la douleur et la tristesse? Cela ne fait-il pas aussi partie de l’Évangile? Soyons clairs ici. Nous ne devons pas séparer complètement l’Évangile et les conséquences de l’Évangile pour notre vie quotidienne; l’Évangile aura un effet sur la façon dont nous répondons à un monde qui souffre! Mais nous nous trompons si nous ne faisons pas de distinction entre l’Évangile et le fruit de l’Évangile dans nos vies, car l’Évangile est toujours quelque chose que Christ a fait, pas quelque chose que nous faisons. L’Évangile peut apporter des solutions à de nombreux problèmes de notre monde, mais son premier souci est de résoudre le problème fondamental, celui de notre relation avec Dieu.

La bonne nouvelle de l’Évangile est que Dieu sauve les pécheurs! Lorsque vous comprendrez clairement ceci, vous pourrez vivre et parler de la bonne nouvelle d’une manière appropriée et fidèle. Voilà ce qui compte quand il est question de l’évangélisation.

SOLA
À propos de l'auteur

Winston Bosch : enfant de Dieu, mari d’une (!) femme et père de trois enfants. Né en Alberta, Winston a grandi en Ontario et en Australie dans une famille chrétienne. Il a vécu la majorité de sa vie adulte en Afrique de l’Ouest, où il a travaillé comme missionnaire pendant cinq ans, ainsi qu’au Québec, où il a fait ses études à La Faculté de Théologie Réformée Farel et où, depuis 2011, il est pasteur de l’Église Réformée St-Paul situé à Repentigny.

© 2017 - SOLA, Coalition pour l'Évangile