L’œil de l’artiste

Home
Culture
L’œil de l’artiste

L’œil de l’artiste

La thèse d’Eleanor Heartney de New York explique que depuis que notre monde est ouvert à l’échange d’idées et de techniques globalement accessibles, l’artiste comme individu, peut s’inspirer de plusieurs tendances et sources en même temps. Chrétien ou pas, on peut prendre position en lisant son livre Art & Today (Phaidon, 2008).Personnellement, je me réjouis que les arts visuels s’ouvrent à différents points d’entrées comme que je le souligne dans mon article.

Quel est le point de départ pour l’art visuel? C’est la lumière, bien sûr. La lumière est employée par l’œil pour illuminer l’être vivant que ce soit au niveau cellulaire et cérébral. Ne vivons-nous pas sous le soleil et ne sommes-nous pas adoptés comme de précieux enfants attachés à Jésus-Christ? Nous vivons désormais sous Dieu, qui a créé le soleil et dont le visage caché brille plus fort dans notre âme que le soleil-médaillon dans le ciel. Notre existence corporelle et spirituelle est une seule unité, un shalom. Shalom résume en un mot cette unité de corps et d’esprit dont l’âme régénérée témoigne. L’œil de l’artiste voit le quotidien – l’objet omniprésent dans la vie de tous les jours; l’œil voit la relation entre le matériel et comment les choses fonctionnent – le techné ou le savoir-faire.

Mais l’œil voit aussi l’épistémè, la narration et le rapport entre les discours textuels venant de multiples points de vue. L’œil humain considère celui-ci parfois comme sacré, venant de l’au-delà. Tout comme le microscope, la résonance magnétique, les objectifs macros d’une caméra, les radiographies et les télescopes, nous font voir le matériel invisible, l’intelligence et l’intuition nous permettent de voir l’immatériel, le transcendant. La Bible est merveilleusement transmise au cœur de l’homme à partir de gens ordinaires que Dieu a inspiré sans que le contenu soit faux et sans que cela passe par l’œil. Un enfant nous est né, incarné, sans péché et apprêté comme un agneau sacrifié. Le corporel dépend du spirituel et le spirituel dépend du corporel. L’incarnation de notre Substitut, le Seigneur lui-même, s’est fait de la même manière que la transmission de la Parole de Dieu. Dieu sait cacher ses trésors aux orgueilleux et les révéler aux humbles de ce monde. L’œil est donc surestimé. L’œil de l’artiste chrétien voit la déformation causée par la chute de l’homme et, en même temps, imagine comment sera l’aboutissement d’une menace. Le même œil voit la nouvelle société que Dieu crée, la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel et la Jérusalem actuelle. La lumière divine révèle que le matériel créé par Dieu est imagination et l’imagination, créée également par Dieu, est matérielle, un espace-temps.

L’œil voit le corps figuratif des êtres; l’anatomie de ceux-ci et le corps en relation avec d’autres corps. L’œil voit comment le corps est couvert, par la mode et le tissu, les véhicules qui le transportent, par l’architecture où il demeure. Qui fait partie de ma famille, de ma tribu ou de ma nation géographique? L’œil distingue les ethnies. Si mon œil ou ma main (même les meilleurs) est cause de péché, il serait mieux que je l’arrache ou que je le coupe plutôt que de le laisser m’entraîner dans une séparation entre Dieu et moi, qui lui seul est ma rédemption. Ce qui est devenu mon idole n’est qu’ici sur terre, muet et immobile, et Dieu est au ciel, vivant et d’une voix de tonnerre. Dieu nous tient fort pour nous garder près de son cœur. Il y a entre nous une unité proche qu’il nous permet de gérer. L’œil de l’artiste reconnait le corps du Christ et associe l’artiste aux élus de Dieu dans une nouvelle famille.

L’œil de l’artiste voit le lien entre le monde qui est parti et le monde nouveau – le passage du temps ainsi que lui-même, qui est aussi de passage. L’œil de l’artiste est témoin des leaders qui, dans leur quête de la justice, décident des gagnants et des perdants – les agents de changement sociaux. L’œil imagine les rituels, les reliques, les personnages divins qui ne sont pas révélés par Dieu, qui font partie de nos désirs les plus profonds, mais qui sont pourtant imparfaits. Il faut que l’artiste chrétien demande à son imagination d’échapper à l’occulte qui empêche la sanctification de l’imagination. L’œil vise ce qui est cult-uel – sur ce qui le guide spirituellement et ce à quoi l’on attachera son cœur pour être sain d’esprit et en sécurité. L’œil vise ce qui est cult-urel – comment résoudre des problèmes et répondre aux besoins de la vie dans n’importe quel environnement, que ce soit dans un jardin en mosaïculture ou sur une table de fine cuisine avec un cygne en glace régnant au centre. Les différences cult-uels et cult-urels se trouvent être les sujets de discussions intenses parmi les artistes et les architectes de sociétés. Comme ça, la société elle-même devient un art. Mais l’art de qui?

Notre art et notre technologie ne peuvent dépasser la révélation de Dieu en Jésus-Christ toujours vivant. Quel est le symbole qui dévoile tout chrétien? N’est-ce pas l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre et l’unité qu’ils gardent précieusement entre eux?

SOLA
À propos de l'auteur
Madame Zoellner vit au Québec depuis 1982, à Sherbrooke, à St-Georges Est, à Lévis, et à Montréal. Elle retourne annuellement pour des visites estivales dans les Rocheuses, d'où elle vient. Entre ses études pour le B.B.A., concentration en éducation de l'art, à l'université d'Alberta et à l'université Concordia, elle a pratiqué les arts domestiques élevant ses six enfants et offrant ses dons et ses talents à l'église de Jésus-Christ au Québec. Elle est soutenue, par la grâce de Dieu, notamment par son mari, révérend et majeur J.G. Zoellner, depuis l'âge de 20 ans, et par leur famille grandissante, ainsi que leurs nombreux bienfaiteurs et investisseurs. À part les voyages avec son mari, ses déplacements de travail contractuel pour la Ville de Montréal ou les commissions scolaires, et ses engagements reliés à la mission de l'Église réformée St-Jean situé au Centre Ville de Montréal, son studio à domicile "mestables" est le centre des activités quotidiennes de Daryl - art visuel, couture et cuisine, poésie, contes et essais.
© 2017 - SOLA, Coalition pour l'Évangile