L’éventail et le Dieu qui poursuit

Home
Vie personnelle
L’éventail et le Dieu qui poursuit

L’éventail et le Dieu qui poursuit

Ma fille de cinq ans a développé une fascination pour les éventails dans la dernière année. Cette fascination est rapidement devenue une obsession irritante qui, par la grâce de Dieu, s’est vue transformée en outil d’enseignement pour nous deux.

Lors d’un souper de famille, Eliana a découvert l’éventail de sa cousine. Il était magnifiquement fabriqué, décoré de broderie et de brillants, très attirant pour une petite de cinq ans! La soirée a pris une tournure désagréable lorsqu’Eliana persistait à réclamer l’éventail que sa cousine ne voulait pas lui prêter, craignant qu’elle le brise. Les demandes d’Eliana devenaient incessantes. Il était clair qu’elle se sentait tout à fait justifiée de le réclamer; l’éventail lui était dû. N’arrivant pas à convaincre sa cousine de le lui prêter, elle s’est tournée vers moi avec la même ténacité. C’était cause perdue pour la soirée. Entêtée, son désir démesuré pour l’éventail a gâché la soirée avec sa cousine et a également perturbé la mienne.

Mes interventions parentales par rapport à cette situation variaient. Certaines interventions, dont je suis moins fière, étaient moralisantes et superficielles, alors que d’autres étaient centrées sur l’Évangile et allaient au cœur du problème. Ce qui était clair, c’est qu’Eliana ne méritait pas que je lui achète un éventail.

Une ou deux semaines plus tard, nous sommes sortis souper au restaurant en famille (sortie très inhabituelle pour nous). À la fin du repas, la serveuse a apporté la facture ainsi qu’une boîte à surprises à notre table. Nos enfants avaient tous droit de se choisir un petit cadeau. À mon étonnement et à la grande joie d’Eliana, un éventail figurait parmi les surprises! J’ai fait remarquer à Eliana combien la situation était inhabituelle. “Wow, Eliana! Tu te rends compte : non seulement, nous n’avons pas l’habitude de sortir au restaurant, mais en plus, ce restaurant offre des cadeaux aux enfants, dont un éventail! Quelle chance! Dieu a été bon envers toi!”

L’éventail en question n’a pas tenu très longtemps le test d’une famille de quatre enfants et les demandes d’Eliana recommencèrent. Un mois plus tard, l’éventail était encore très précieux pour Eliana. Elle fut de nouveau confrontée à son attrait lorsqu’elle fut invitée à une fête. Un jeu comportant des petits cadeaux variés destinés aux invités était organisé. Eliana a vite “perdu les pédales” quand elle a constaté qu’un ami avait reçu un éventail. Elle ne pouvait pas supporter de ne pas avoir été la personne à recevoir ce cadeau. Je l’ai retirée du jeu pour l’amener à l’écart. Ma fille étant hyperactive, l’impulsivité est un trait de caractère très fort chez elle. Des états de crise démesurée font partie de notre quotidien. Je l’ai isolée dans une chambre et je l’ai serré contre moi en silence. Bien que la nécessité de l’enseigner et de la reprendre étaient là, je n’arrivais pas à parler. Cette crise était loin d’être une nouvelle situation, ou une situation que je n’avais jamais adressée auparavant, mais cette journée-là, je n’avais pas les mots. Dans ce moment d’incertitude et de silence, Dieu était à l’œuvre d’une façon inattendue. Je la serrais encore contre moi, lorsque quelqu’un vint à la porte pour nous annoncer que c’était au tour à Eliana de choisir un cadeau à développer. Il ne restait que deux cadeaux. Eliana, encore boudeuse et frustrée, choisit un cadeau de façon aléatoire. Elle ignorait qu’il y avait un deuxième éventail parmi les cadeaux: c’est celui qu’elle déballa!

Je n’en revenais pas que mon enfant, qui ne méritait pas un éventail, venait de s’en faire offrir un, une fois de plus sans mon intervention! Je ne pouvais que conclure que Dieu orchestrait quelque chose… mais quoi?

La suite de cet article se trouve sur Publications Chrétiennes.

Dans son article suivant, Caroline aborde sur le sujet : L’éducation, technique ou transformation du cœur?

SOLA
À propos de l'auteur
Caroline (Collins) Frérot est une jeune mère d'une famille de quatre enfants et infirmière de profession. Elle et son mari, Jean-Sébastien Frérot, sont membres de l'Église de l'Espoir de Longueuil depuis plus de 10 ans. Elle a commencé un certificat en counselling de CCEF (Christian Counselling & Educational Foundation) avec SEMBEQ. Son désir et sa passion est de continuer à grandir dans sa compréhension de l'application de l'évangile dans le quotidien au sein de sa famille ainsi que dans toutes ses relations.
© 2017 - SOLA, Coalition pour l'Évangile