Blog

Home
Blog

Qu’est-ce que la paix? C’est une thématique assez difficile à définir. Tout le monde désire être dans la paix et en même temps personne ne semble être totalement en paix. Il y a des éléments dans la paix que nous pouvons nommer comme la tranquillité, le bien-être, l’harmonie, le respect de l’autre, l’absence de conflit ou de guerre, etc. Mais lorsque j’y regarde de plus près, je ne peux que constater que cette paix est bien éphémère, provisoire et bien souvent fragile.

Il nous appartient, d’après les Écritures, de rechercher la paix les uns envers les autres, mais j’aimerais dire que l’expression « rechercher » est contraire au principe même de la paix, je m’explique : ne faudrait-il pas mieux « donner » la paix afin que cette dernière nous donne un sentiment de sécurité et d’assurance? La paix nous est donc donnée, non pas si nous recherchons, mais bien aussi et avant tout si nous l’offrons.

Read More

La thèse d’Eleanor Heartney de New York explique que depuis que notre monde est ouvert à l’échange d’idées et de techniques globalement accessibles, l’artiste comme individu, peut s’inspirer de plusieurs tendances et sources en même temps. Chrétien ou pas, on peut prendre position en lisant son livre Art & Today (Phaidon, 2008).Personnellement, je me réjouis que les arts visuels s’ouvrent à différents points d’entrées comme que je le souligne dans mon article.

Quel est le point de départ pour l’art visuel? C’est la lumière, bien sûr. La lumière est employée par l’œil pour illuminer l’être vivant que ce soit au niveau cellulaire et cérébral. Ne vivons-nous pas sous le soleil et ne sommes-nous pas adoptés comme de précieux enfants attachés à Jésus-Christ? Nous vivons désormais sous Dieu, qui a créé le soleil et dont le visage caché brille plus fort dans notre âme que le soleil-médaillon dans le ciel. Notre existence corporelle et spirituelle est une seule unité, un shalom. Shalom résume en un mot cette unité de corps et d’esprit dont l’âme régénérée témoigne. L’œil de l’artiste voit le quotidien – l’objet omniprésent dans la vie de tous les jours; l’œil voit la relation entre le matériel et comment les choses fonctionnent – le techné ou le savoir-faire.

Read More

Avez-vous déjà regardé un film où l’image et l’audio ne sont pas synchronisés? C’est agaçant n’est-ce pas! Vous entendez les acteurs dire une chose et vous les voyez faire autres choses. Je ne peux pas regarder un film dans ces conditions pendant plus d’une minute avant de l’éteindre. La même chose est vraie pour l’évangélisation. Si l’Évangile dans votre discours est différent de l’Évangile que vous vivez, les gens se fâchent et vous éteignent tout simplement.

L’évangélisation consiste à connaître l’Évangile, vivre l’Évangile et, lorsque c’est approprié, parler de l’Évangile.

Read More

Si nous voulons que l’évangile soit efficace, il doit être actif dans le cœur, la tête et les mains. Tout commence par recevoir l’évangile dans le cœur. Dans sa plus simple expression, l’évangile, c’est «Christ est mort pour mes péchés» (Ga 1.3, 4). On peut rajouter : «…et ressuscité pour ma justification». À un premier niveau, cette bonne nouvelle doit être comprise et reçue dans le cœur. Ensuite, il s’agit que cette intériorisation de l’évangile dans l’âme influence ma pensée, ma compréhension et mes doctrines. Paul parle de «la saine doctrine d’après le glorieux évangile» (1 Ti 1.11). Ça, c’est l’évangile dans la tête. Puis finalement, pour avoir un évangile vraiment fonctionnel, il faut qu’il paraissent dans ma conduite : «conduisez-vous d’une manière digne de l’évangile» (Ph 1.27).

Read More

L’évangile doit enfin changer notre conduite : «Seulement, conduisez–vous d’une manière digne de l’Évangile de Christ, afin que, soit que je vienne vous voir, soit que je reste absent, j’entende dire de vous que vous demeurez fermes dans un même esprit, combattant d’une même âme pour la foi de l’évangile» (Philippiens 1.27). Le chrétien consciencieux cherchera dans la Bible, non seulement les liens entre l’évangile et la nouvelle façon de penser, mais aussi entre l’évangile et la marche quotidienne. Nos actions doivent découler de nos pensées et nos pensées doivent provenir de l’évangile. Il nous incombe de chercher les liens dans le NT afin que nous conformions notre comportement aux exigences de l’évangile. «Jésus se révélera du ciel avec les anges puissants, au milieu d’une flamme de feu, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de notre Seigneur Jésus» (2 Thessaloniciens 1:7, 8).

Read More

Ayant été convaincu de péché par l’Esprit, le repentant tourne ses yeux vers la croix pour voir que Dieu a pourvu un substitut pour prendre sa culpabilité. Il transfert sa confiance dans le tout-suffisant sacrifice de Christ pour être pardonné par Dieu et recevoir de lui le cadeau de la vie éternelle. La puissance de la semence de l’évangile vient de produire une nouvelle vie dans le cœur du pécheur pardonné! Ce même évangile doit ensuite continuer son influence dans la pensée du nouveau croyant. Celui-ci va normalement laisser progressivement la bonne nouvelle porter fruit au niveau de sa pensée, des processus de sa réflexion, de son raisonnement, de ses présupposés philosophiques et de sa vision du monde. Toute pensée doit venir sous l’influence de la bonne nouvelle. Le chrétien qui a reçu l’évangile cherchera les vérités qui en découlent. Il s’efforcera de voir les implications doctrinales de l’évangile. Paul déclare que : «…la saine doctrine, (c’est) celle qui est conforme à l’évangile de la gloire du Dieu bienheureux» (1 Ti 1.10, 11, Jérusalem).

La bonne nouvelle informe et transforme le for intérieur de l’homme. Paul expose l’évangile précisément dans les 11 premiers chapitres de son épître aux Romains. Sur cette base, Paul exhorte ceux qui sont sauvés à ne pas se conformer au siècle présent mais à être «transformés par le renouvellement de l’intelligence» (12.2). L’évangile défini et reconfigure nos croyances, nos principes, nos espérances, notre compréhension et tout ce que nous tenons pour vrai.

Read More

Quelle est la première fonction puissante de l’Évangile ? Selon Romains 1.16 et 17, c’est de sauver l’homme perdu : « Car je n’ai point honte de l’Évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec, parce qu’en lui est révélée la justice de Dieu par la foi et pour la foi, selon qu’il est écrit : Le juste vivra par la foi.»

Pour l’apôtre Paul, cet Évangile qui peut sauver est LA doctrine primordiale. Il écrit dans 1 Corinthiens 15.1-3 «Je vous rappelle, frères, l’Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, vous auriez cru en vain. Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu, que CHRIST EST MORT POUR NOS PÉCHÉS, selon les Écritures ; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures».

Read More

Je suis une mère affectueuse. Les élans tendres et chaleureux à l’égard de mes enfants sont très fréquents. Je les aime d’un amour passionné. Je chéris leurs personnalités distinctes, la physionomie unique et même l’odeur qui sont propres à chacun d’eux. Il m’arrive même de humer une « doudou » ou un toutou préféré de l’un d’entre eux, juste pour bien mémoriser son odeur. Mon cœur est rempli de joie et d’affection envers eux chaque jour. Je leur dis souvent à quel point je suis heureuse et privilégiée que Dieu ait trouvé bon de m’accorder la grâce d’être leur maman. La majorité des femmes peuvent facilement s’identifier à ces sentiments, car ce genre d’amour envers nos enfants nous vient tout naturellement. Cet amour passionné que la plupart des mères ressentent pour leurs enfants est probablement une des facettes que Dieu a créées en elles afin qu’elles lui ressemblent davantage.

Read More

Je n’ai pas pour habitude d’aider ma fille de 16 ans, qui est en cinquième secondaire, pour ses devoirs ; c’est donc avec surprise que j’ai accepté de le faire la semaine dernière pour un devoir de philosophie. Elle avait cinq questions existentielles, du style : pourquoi le mal, Dieu existe-t-il ou encore faut-il concevoir un créateur. Il est certain que pour un pasteur qui a fait des études en théologie, le fait même de devoir répondre à ce genre de demande est un moment croustillant et excitant les neurones. C’est donc avec un grand plaisir que la dogmatique, la systématique ainsi que les doctrines de base se sont mises en route dans ma tête.

Read More


1 2 3
© 2017 - SOLA, Coalition pour l'Évangile